Les itinéraires d′évacuation des minerais

Si l′on suit la chaussée Bruch en direction de la tour Maltermeister, on traverse des deux côtés de la route une zone entaillée par de profondes ornières dans le sol forestier ; il s′agit des vestiges, recouverts depuis par la végétation, d′anciens itinéraires de transport par lesquels on descendait le minerai pour remonter ensuite du bois à brûler et de construction. Depuis les orifices des puits situés tout autour de la tour, ils conduisaient vers la ville et vers les fonderies appuyées sur le contrefort nord.

Tandis que cet itinéraire permettait de rejoindre directement les fonderies d′Oker, celui conduisant aux fonderies de la Grane et de l′Innerste traversaient la ville : ils entraient par la Porte Claus, traversaient les rues Berg, Forst, Schreiber et Bäringer pour rejoindre la Porte Viti et ressortir en direction des contreforts. D′autres passaient par l′Auerhahn en direction des fonderies du Haut-Harz, mais ne jouaient visiblement plus et ceci depuis la fin du moyen-âge, leur rôle de voies de transit des minerais. Les autres itinéraires sur les flancs du Rammelsberg perdirent eux aussi leur importance après que les réformes introduites par Johann Christoph Roeder eurent entièrement réorganisé l′extraction des minerais : on ne les faisait plus transiter par les orifices des puits pour gagner la surface, ils empruntaient la galerie de roulage vers la surface achevée en 1804 et située environ 80 mètres en dessous.

Le transport par chevaux attelés avait lieu en tombereau ou en chariot à deux essieux dont les roues cerclées de fer entaillaient profondément le sol là ou la terre n′était pas suffisamment compactée. Les services de voierie devaient intervenir lorsque ces ornières avaient atteint une profondeur telle que les essieux ou les moyeux des roues menaçaient de pénétrer en terre. Ils traitaient à la massette l′ardoise restée au milieu et sur les côtés du chemin. Vu que le transport à flanc de colline avait été pratiqué pendant des siècles et qu′un grand nombre de charrois étaient en route en même temps, le nombre d′itinéraires du minerai crut de façon désordonnée. Lorsqu′on se promène sur ce terrain désormais reconquis par la forêt, on peut encore s′imaginer le portrait, totalement différent de celui d′aujourd′hui, qu′il offrait alors du Rammelsberg.

Depuis que la voie de roulage vers la surface voulue par Roeder était entrée en service et que les minerais parvenaient via des portiques de déversement sur l′aire d′entassement – là où aujourd′hui se trouvent l′aile administrative et la cour d′usine – l′enlèvement des minerais avait lieu à cet endroit. De même les minerais qui étaient destinés à la fonderie d′Oker empruntaient depuis lors le chemin leur faisant traverser la ville par la Porte Claus, puis la rue Breite Strasse, pour en ressortir par la porte Breites Tor.







Veranstaltungskalender
Weitere Infos und Termine finden Sie in unserem Veranstaltungskalender.